Leonard Cohen: notre contemporain ?

Table ronde organisée par Joel Deshaye et Kait Pinder

Deux ans après sa mort, l’héritage de Leonard Cohen est toujours en devenir, un processus auquel ses admirateurs et ses critiques participent, de concert avec sa propre gestion préventive d’héritage assortie de pronostics explicites, tels que son album de 1992, The Future. Tant de ses préoccupations semblent pérennes, et tant de travaux en cours de ses producteurs et éditeurs semblent orientés vers une activité posthume, qu’on peut se demander si Cohen ne devrait pas être considéré moins comme revivaliste folklorique du XXe siècle et auteur postmoderne, et plus comme notre contemporain.

En octobre 2018, McClelland et Stewart ont publié The Flame, un recueil de poèmes, de chansons et de portraits que Cohen avait préparé dans les semaines précédant sa mort. La collection comprend également des sélections de certains des nombreux cahiers de Cohen. Dans sa préface, Adam Cohen appâte les lecteurs en leur promettant encore d’autres inédits attendant d’être découverts dans les boîtes de carnets que Cohen avait conservées dans des casiers. Pour accompagner The Flame, M&S a également réimprimé les premières collections de Cohen. Les livres, maintenant uniformes dans leurs couvertures noires portant le symbole de la signature de « l’ordre du cœur unifié » de Cohen, présenteront aux plus jeunes admirateurs la poésie qui a précédé la musique de Cohen. Des rumeurs courent concernant un album d’enregistrements inédits et un ballet est en préparation. L’exposition présentée au Musée d’art contemporain de Montréal, « Crack in Everything », va parcourir le monde. Dans le même temps, malgré les appels à nommer Cohen comme le saint patron de Montréal, le mouvement #metoo a inspiré de nouvelles pistes de réflexion alors que certains fans et spécialistes de Cohen réexaminent les critiques féministes de longue date concernant son travail.

Cette table ronde cherchera à savoir en quels sens Leonard Cohen est encore notre contemporain. Nous invitons les courtes communications (de 5 à 10 minutes) qui analysent les contextes artistiques, politiques et sociaux dans lesquels l’œuvre de Cohen a été créée, reçue et continue d’être produite même après sa mort.

Merci de faire parvenir vos propositions de communication (max. de 300 mots) ainsi qu’une courte notice biographie (max. de 150 mots) à Joel Deshaye (jdeshaye@mun.ca) et Kait Pinder (kait.pinder@acadiau.ca) avant le 5 janvier 2019. Les participants doivent être membres de l’ALCQ avant le 1er mars 2019. Veuillez consultez le site internet de l’ALCQ pour toute information concernant le processus d’adhésion ou d’inscription.