Appel 2019

Appel 2019

L’appel à séances organisées par des membres et à communications est paru. Prenez-en connaissance ici!

Sophie Dubois, lauréate du prix Gabrielle-Roy 2017

Sophie Dubois, lauréate du prix Gabrielle-Roy 2017

La gagnante du Prix Gabrielle-Roy 2017 (section francophone), qui récompense chaque année le meilleur ouvrage de critique littéraire écrit en français, est Sophie Dubois pour Refus global. Histoire d’une réception partielle, paru aux Presses de l’Université de Montréal.

Grâce à un admirable travail de recherche et à une minutieuse exégèse de la réception critique du Refus global, Sophie Dubois nous offre ici une étude magistrale qui renouvelle de fond en combles notre lecture de cet ouvrage mythique, véritable pierre angulaire de l’imaginaire québécois contemporain. Le jury a souligné la profonde intelligence avec laquelle l’auteure a reconstitué le parcours du livre, depuis l’horizon d’attente qui a permis sa naissance jusqu’à son ultime consécration comme « lieu de mémoire » artistique et sociologique. Chemin faisant, sur les traces de Refus global, cet ouvrage nous amène à revisiter toute l’histoire culturelle du Québec des soixante-quinze dernières années. Rédigée dans un style sobre et élégant, cette Histoire d’une réception partielle procure de surcroît un véritable plaisir de lecture, ce qui n’est pas pour déplaire dans le cas d’une étude de cette ampleur. D’ores et déjà, en somme, ce récit scientifique peut être considéré comme un incontournable.

Le jury était composé cette année de Adina Balint (Université de Winnipeg), Marcel Olscamp (Université d’Ottawa) et Jimmy Thibeault (Université Sainte-Anne). Il a sélectionné le livre de Sophie Dubois parmi les dix-huit ouvrages reçus. Le prix a été remis lors de la réception de l’Association des littératures canadienne et québécoise le soir du 26 mai 2018, à Regina.

Emily Bednarz, Lauréate du prix Barbara Godard 2018

Emily Bednarz, Lauréate du prix Barbara Godard 2018

Emily Bednarz est la lauréate du prix Barbara-Godard 2018 pour jeunes chercheur.e.s pour sa communication « Assembling Urban Archives: Reading Daphne Marlatt’s Liquidities: Vancouver Poems Then and Now ». Le prix lui a été remis durant la réception du prix Gabrielle-Roy à l’Université de Regina.

Dans sa communication, Emily Bednarz se donne le projet à la fois original et difficile qui consiste à retracer « les représentations des apparitions historiques » de Vancouver, tout en comparant les deux éditions des textes comme « représentatives de ces apparitions urbaines ». Se prêter à des analyses détaillées en poésie peut être un exercice particulièrement exigeant, et le jury a souligné le fait que les études diachroniques en poésie canadienne et québécoise sont encore rares. La communication d’Emily est bien définie, convaincante et écrite dans un style irréprochable. Félicitations à la lauréate pour cette excellente communication!

 

Une mention spéciale est décernée à Johanne Lalonde pour sa communication « L’autoportrait littéraire dans la poésie lyrique de Joe Bocan: de la figure sociale de l’auteure-compositrice-interprète à la représentation idiosyncrasique de son intimité. » Le jury a notamment apprécié la façon dont Johanne a approché les chansons de Joe Bocan en suggérant des parallèles avec Joséphine Baker. Par ailleurs, Johanne réussit, à partir de textes relativement courts et qui peuvent sembler faciles d’accès, à produire une lecture élaborée et d’une grande sensibilité à plusieurs enjeux sociaux majeurs.

 

Programme et inscription

Programme et inscription

Le programme de notre colloque 2018 est maintenant paru sur nos médias sociaux et notre page du colloque ! Il met en vedette deux conférences plénières académiques (Wendy Roy and Pamela Sing) et deux conférences plénières d’auteures (Zarqa Nawaz et Audrée Wilhelmy). Nous aurons des séances conjointes avec d’autres associations, notamment une lecture et table ronde de jeunes chercheur.e.s.

Merci à toutes et à tous d’avoir soumis vos propositions pour créer un colloque riche et diversifié. Nous nous réunirons ainsi pour discuter de littératures autochtones, des œuvres d’auteures majeures, de poésie contemporaine, des questions abordées par les auteur.e.s de la relève, mais aussi des rôles du sécularisme et du sacré, des problématiques entourant la (re)création du passé, les possibilités de la critique créative, et bien d’autres sujets encore. Nous vous invitons à profiter des événements « Voir grand ». Notre conférence annuelle est aussi le moment où nous remettons le prix Gabrielle-Roy pour le meilleur ouvrage académique, et le prix Barbara-Godard pour la meilleure communication estudiantine.

J’adresse mes chaleureux remerciements à nos vice-présidents Scott Powers (français) et Shelley Hulan (anglais) pour leur travail dévoué pour mettre en place ce stimulant programme. Je tiens aussi à remercier nos coordinateurs locaux Medrie Purdham et Mark Lajoie qui, entre autres tâches, prennent soin de l’organisation du banquet au Fireside Bistro. La version définitive et améliorée du programme sera révélée en avril.

Un aimable rappel à nos membres réguliers, et une information importante pour les nouveaux et nouvelles venu.e.s : afin d’être formellement accepté.e.s pour le Congrès, vous devez vous inscrire :

Pour de l’information concernant le transport et le logement, veuillez visiter la page « Planifiez votre voyage » sur le site du Congrès.

En plus de tous ces événements stimulants et la préparation de votre voyage, pensez à être un.e bon.ne citoyen.ne, ce qui est essentiel pour maintenir des associations savantes telles que l’ALCQ. Quelques suggestions importantes :

  • faites un don pour le prix Gabrielle-Roy quand vous renouvelez votre adhésion;
  • participez à notre assemblée générale annuelle (le premier jour de la conférence; un léger dîner sera offert!) : nous voulons vous entendre;
  • envoyez-nous vos appels ou toute autre information que vous souhaitez faire circuler à nos membres;
  • suivez-nous sur Facebook et Twitter; merci à Sylvie Bérard et à Misao Dean pour leurs initiatives en la matière;
  • considérez faire partie du Conseil à l’avenir (nous sommes un petit groupe très sympathique de collègues venant de partout au pays!);
  • les jeunes chercheur.e.s : soumettez vos communications pour le prix Barbara-Godard;
  • veuillez contacter Scott ou Shelley si vous souhaitez présider une séance;
  • le Conseil accueille vos questions et suggestions d’amélioration en tout temps; merci de me contacter.

En vous remerciant,

Élise Lepage

Présidente de l’ALCQ
2017-2019

Conférence plénière d’Audrée Wilhelmy

Conférence plénière d’Audrée Wilhelmy

Audrée Wilhelmy, autrice québécoise finaliste aux Prix du Gouverneur général du Canada, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

Femmes-territoires, espaces des pulsions

Dans Le corps des bêtes, l’enfant Mie devient loutre, grue, ours; elle apprend son corps et sa féminité en faisant siennes les caractéristiques des animaux qui l’entourent. Elle emprunte à la plage sa robe de sable et se projette dans la nature en espérant que celle-ci lui révèle le secret du « sexe des humains ». Sa mère, Noé, n’a besoin d’aucun mécanisme d’imagination pour retrouver un état primaire, elle est bête, elle est toute entière pulsion, érotisme, animalité. Elle s’avère, par sa sauvagerie et sa liberté primitive, un prolongement de la nature qu’elle habite et possède à la fois. Comme les terres qui entourent le phare habité par le clan Borya, elle reste insaisissable, sauvage, dangereuse.

Les femmes de mes romans ont cette caractéristique romantique, gothique, d’être en synergie complète avec leur environnement, voire d’en incarner les caractéristiques les plus fortes. Quand ce n’est pas la sauvagerie de la forêt ou de la haute mer, ce sont les bêtes de la ville qui viennent renforcer l’état sauvage de la féminité, autour de laquelle les hommes gravitent et se transforment.

À travers l’exploration des figures de Mie (Le corps des bêtes), Noé (Oss, Le corps des bêtes), Phélie Léanore et Lottä Istvan (Les sangs), je tenterai d’illustrer que, dans la fresque romanesque que je produis un livre à la fois, les femmes ne sont pas seulement celles par lesquelles l’érotisme advient, elles sont également celles par lesquelles la nature reprend ses droits.

À propos d’Audrée Wilhelmy

Audrée Wilhelmy est une écrivaine québécoise née à Cap-Rouge (Québec) qui habite à Montréal. Son premier roman, Oss(Leméac, 2011), a été finaliste aux Prix du Gouverneur général du Canada. Son deuxième roman, Les Sangs, a été publié chez Leméac en 2013, puis chez Grasset en 2015. Finaliste aux Prix des libraires du Québec, pour le prix France-Québec, pour le prix Marie-Claire du roman féminin et pour le prix des lecteurs de l’hebdo, il a remporté ex æquo le prix Sade 2015, qui souligne entre autres le caractère érotique et résolument moderne du roman. Son troisième roman, Le corps des bêtes, a été publié en août 2017 au Québec, et en mars 2018 en France. Il est finaliste au prix des collégiens. Elle a terminé, en décembre 2015, un doctorat en études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal. Elle se consacre désormais à l’écriture romanesque.

Conférence plénière de Zarqa Nawaz

Conférence plénière de Zarqa Nawaz

Zarqa Nawaz, créatrice de La Petite Mosquée dans la prairie (Radio-Canada Télévision 2008-2012) et auteure à succès, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

How to write a sitcom about Muslims – very carefully!

Conférence plénière de Pamela V. Sing

Conférence plénière de Pamela V. Sing

Pamela V. Sing, professeure de littératures québécoise et franco-canadiennes au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

L’Ouest imaginaire à « toutes » les sauces : ingrédients et modes de préparation, 1960-2017

Depuis 1958, l’année où Hugh MacLennan a fait part au milieu littéraire du fameux jugement prononcé par un notable du milieu cinématographique – « Boy Meets Girl in Winnipeg and Who Cares ? » –, l’Ouest a su se tailler une place dans l’imaginaire littéraire du pays. En  témoigne, entre autres, la publication en 2013 aux éditions Leméac d’un roman intitulé Edmonton et signé par un écrivain montréalais. Axée sur un corpus allant du premier roman signé par une écrivaine francophone originaire de l’Ouest canadien et engagée à vivre et à écrire en français tout en continuant de demeurer dans cet espace majoritairement anglophone, jusqu’au roman « franco-ouest » le plus récemment paru (en août 2017) ma présentation visera à faire connaître l’Ouest franco-canadien imaginaire : « ses » auteur.e.s,  les conditions de ses différentes constructions littéraires, les problématiques explorées, ses transformations du discours social.

À propos de Pamela V. Sing

Pamela V. Sing est professeure de littératures québécoise et franco-canadiennes et Directrice de l’institut d’études canadiennes au Campus Saint-Jean, campus francophone de l’Université de l’Alberta. Ses principaux domaines de recherche sont la littérature issue des francophonies canadiennes et américaines ou, pour reprendre l’heureuse expression de Louder et Waddell, produite au sein de la Franco-Amérique d’une part et, d’autre part, la production textuelle des Métis d’ascendance française ou canadienne-française en Amérique du Nord. Ses projets de recherche dans le second domaine ont été subventionnés, entre autres, par le CRSH et le programme Fulbright U.S.-Canada. Depuis 1995, elle a présenté une centaine de communications de colloque ou comme conférencière invitée, publié ou co-publié cinq livres et publié plus de soixante-dix articles scientifiques.

Conférence plénière de Wendy Roy

Conférence plénière de Wendy Roy

Wendy Roy, professeure de littérature canadienne à the University of Saskatchewan, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

Women of the Apocalypse: Writing the End of the World in Canada

Colloque annuel de l’ALCQ: Appel à communications pour l’appel général et les séances organisées par des membres

Chers membres,

Je suis heureuse de vous présenter les appels à communications pour la conférence 2018 de l’ALCQ. Pour cette conférence, l’Association annonce deux appels à contributions : un appel à communications général et un appel à soumission pour les séances organisées par les membres.

La conférence 2018 de l’ALCQ, qui se tiendra à l’Université de Regina du 26 au 28 mai, adapte le thème du Congrès 2018 « Diversités convergentes » à l’engagement de l’Association envers la langue comme archive vivante de multiples cultures et politiques. À Regina, territoire des communautés fransaskoise, métisse et anglophone, nous accueillons des spécialistes, écrivains et artistes de Saskatchewan et de tout le Canada pour sonder le rôle que joue la littérature dans l’expression des relations des Canadiens envers leurs langues.

La conférence inclura des conférences plénières de Zarqa Nawaz, Wendy Roy, Pamela Sing et Audrée Wilhelmy.

Cordialement,

Élise Lepage – Présidente

Appel 2019

Appel 2019

L’appel à séances organisées par des membres et à communications est paru. Prenez-en connaissance ici!

Sophie Dubois, lauréate du prix Gabrielle-Roy 2017

Sophie Dubois, lauréate du prix Gabrielle-Roy 2017

La gagnante du Prix Gabrielle-Roy 2017 (section francophone), qui récompense chaque année le meilleur ouvrage de critique littéraire écrit en français, est Sophie Dubois pour Refus global. Histoire d’une réception partielle, paru aux Presses de l’Université de Montréal.

Grâce à un admirable travail de recherche et à une minutieuse exégèse de la réception critique du Refus global, Sophie Dubois nous offre ici une étude magistrale qui renouvelle de fond en combles notre lecture de cet ouvrage mythique, véritable pierre angulaire de l’imaginaire québécois contemporain. Le jury a souligné la profonde intelligence avec laquelle l’auteure a reconstitué le parcours du livre, depuis l’horizon d’attente qui a permis sa naissance jusqu’à son ultime consécration comme « lieu de mémoire » artistique et sociologique. Chemin faisant, sur les traces de Refus global, cet ouvrage nous amène à revisiter toute l’histoire culturelle du Québec des soixante-quinze dernières années. Rédigée dans un style sobre et élégant, cette Histoire d’une réception partielle procure de surcroît un véritable plaisir de lecture, ce qui n’est pas pour déplaire dans le cas d’une étude de cette ampleur. D’ores et déjà, en somme, ce récit scientifique peut être considéré comme un incontournable.

Le jury était composé cette année de Adina Balint (Université de Winnipeg), Marcel Olscamp (Université d’Ottawa) et Jimmy Thibeault (Université Sainte-Anne). Il a sélectionné le livre de Sophie Dubois parmi les dix-huit ouvrages reçus. Le prix a été remis lors de la réception de l’Association des littératures canadienne et québécoise le soir du 26 mai 2018, à Regina.

Emily Bednarz, Lauréate du prix Barbara Godard 2018

Emily Bednarz, Lauréate du prix Barbara Godard 2018

Emily Bednarz est la lauréate du prix Barbara-Godard 2018 pour jeunes chercheur.e.s pour sa communication « Assembling Urban Archives: Reading Daphne Marlatt’s Liquidities: Vancouver Poems Then and Now ». Le prix lui a été remis durant la réception du prix Gabrielle-Roy à l’Université de Regina.

Dans sa communication, Emily Bednarz se donne le projet à la fois original et difficile qui consiste à retracer « les représentations des apparitions historiques » de Vancouver, tout en comparant les deux éditions des textes comme « représentatives de ces apparitions urbaines ». Se prêter à des analyses détaillées en poésie peut être un exercice particulièrement exigeant, et le jury a souligné le fait que les études diachroniques en poésie canadienne et québécoise sont encore rares. La communication d’Emily est bien définie, convaincante et écrite dans un style irréprochable. Félicitations à la lauréate pour cette excellente communication!

 

Une mention spéciale est décernée à Johanne Lalonde pour sa communication « L’autoportrait littéraire dans la poésie lyrique de Joe Bocan: de la figure sociale de l’auteure-compositrice-interprète à la représentation idiosyncrasique de son intimité. » Le jury a notamment apprécié la façon dont Johanne a approché les chansons de Joe Bocan en suggérant des parallèles avec Joséphine Baker. Par ailleurs, Johanne réussit, à partir de textes relativement courts et qui peuvent sembler faciles d’accès, à produire une lecture élaborée et d’une grande sensibilité à plusieurs enjeux sociaux majeurs.

 

Programme et inscription

Programme et inscription

Le programme de notre colloque 2018 est maintenant paru sur nos médias sociaux et notre page du colloque ! Il met en vedette deux conférences plénières académiques (Wendy Roy and Pamela Sing) et deux conférences plénières d’auteures (Zarqa Nawaz et Audrée Wilhelmy). Nous aurons des séances conjointes avec d’autres associations, notamment une lecture et table ronde de jeunes chercheur.e.s.

Merci à toutes et à tous d’avoir soumis vos propositions pour créer un colloque riche et diversifié. Nous nous réunirons ainsi pour discuter de littératures autochtones, des œuvres d’auteures majeures, de poésie contemporaine, des questions abordées par les auteur.e.s de la relève, mais aussi des rôles du sécularisme et du sacré, des problématiques entourant la (re)création du passé, les possibilités de la critique créative, et bien d’autres sujets encore. Nous vous invitons à profiter des événements « Voir grand ». Notre conférence annuelle est aussi le moment où nous remettons le prix Gabrielle-Roy pour le meilleur ouvrage académique, et le prix Barbara-Godard pour la meilleure communication estudiantine.

J’adresse mes chaleureux remerciements à nos vice-présidents Scott Powers (français) et Shelley Hulan (anglais) pour leur travail dévoué pour mettre en place ce stimulant programme. Je tiens aussi à remercier nos coordinateurs locaux Medrie Purdham et Mark Lajoie qui, entre autres tâches, prennent soin de l’organisation du banquet au Fireside Bistro. La version définitive et améliorée du programme sera révélée en avril.

Un aimable rappel à nos membres réguliers, et une information importante pour les nouveaux et nouvelles venu.e.s : afin d’être formellement accepté.e.s pour le Congrès, vous devez vous inscrire :

Pour de l’information concernant le transport et le logement, veuillez visiter la page « Planifiez votre voyage » sur le site du Congrès.

En plus de tous ces événements stimulants et la préparation de votre voyage, pensez à être un.e bon.ne citoyen.ne, ce qui est essentiel pour maintenir des associations savantes telles que l’ALCQ. Quelques suggestions importantes :

  • faites un don pour le prix Gabrielle-Roy quand vous renouvelez votre adhésion;
  • participez à notre assemblée générale annuelle (le premier jour de la conférence; un léger dîner sera offert!) : nous voulons vous entendre;
  • envoyez-nous vos appels ou toute autre information que vous souhaitez faire circuler à nos membres;
  • suivez-nous sur Facebook et Twitter; merci à Sylvie Bérard et à Misao Dean pour leurs initiatives en la matière;
  • considérez faire partie du Conseil à l’avenir (nous sommes un petit groupe très sympathique de collègues venant de partout au pays!);
  • les jeunes chercheur.e.s : soumettez vos communications pour le prix Barbara-Godard;
  • veuillez contacter Scott ou Shelley si vous souhaitez présider une séance;
  • le Conseil accueille vos questions et suggestions d’amélioration en tout temps; merci de me contacter.

En vous remerciant,

Élise Lepage

Présidente de l’ALCQ
2017-2019

Conférence plénière d’Audrée Wilhelmy

Conférence plénière d’Audrée Wilhelmy

Audrée Wilhelmy, autrice québécoise finaliste aux Prix du Gouverneur général du Canada, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

Femmes-territoires, espaces des pulsions

Dans Le corps des bêtes, l’enfant Mie devient loutre, grue, ours; elle apprend son corps et sa féminité en faisant siennes les caractéristiques des animaux qui l’entourent. Elle emprunte à la plage sa robe de sable et se projette dans la nature en espérant que celle-ci lui révèle le secret du « sexe des humains ». Sa mère, Noé, n’a besoin d’aucun mécanisme d’imagination pour retrouver un état primaire, elle est bête, elle est toute entière pulsion, érotisme, animalité. Elle s’avère, par sa sauvagerie et sa liberté primitive, un prolongement de la nature qu’elle habite et possède à la fois. Comme les terres qui entourent le phare habité par le clan Borya, elle reste insaisissable, sauvage, dangereuse.

Les femmes de mes romans ont cette caractéristique romantique, gothique, d’être en synergie complète avec leur environnement, voire d’en incarner les caractéristiques les plus fortes. Quand ce n’est pas la sauvagerie de la forêt ou de la haute mer, ce sont les bêtes de la ville qui viennent renforcer l’état sauvage de la féminité, autour de laquelle les hommes gravitent et se transforment.

À travers l’exploration des figures de Mie (Le corps des bêtes), Noé (Oss, Le corps des bêtes), Phélie Léanore et Lottä Istvan (Les sangs), je tenterai d’illustrer que, dans la fresque romanesque que je produis un livre à la fois, les femmes ne sont pas seulement celles par lesquelles l’érotisme advient, elles sont également celles par lesquelles la nature reprend ses droits.

À propos d’Audrée Wilhelmy

Audrée Wilhelmy est une écrivaine québécoise née à Cap-Rouge (Québec) qui habite à Montréal. Son premier roman, Oss(Leméac, 2011), a été finaliste aux Prix du Gouverneur général du Canada. Son deuxième roman, Les Sangs, a été publié chez Leméac en 2013, puis chez Grasset en 2015. Finaliste aux Prix des libraires du Québec, pour le prix France-Québec, pour le prix Marie-Claire du roman féminin et pour le prix des lecteurs de l’hebdo, il a remporté ex æquo le prix Sade 2015, qui souligne entre autres le caractère érotique et résolument moderne du roman. Son troisième roman, Le corps des bêtes, a été publié en août 2017 au Québec, et en mars 2018 en France. Il est finaliste au prix des collégiens. Elle a terminé, en décembre 2015, un doctorat en études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal. Elle se consacre désormais à l’écriture romanesque.

Conférence plénière de Zarqa Nawaz

Conférence plénière de Zarqa Nawaz

Zarqa Nawaz, créatrice de La Petite Mosquée dans la prairie (Radio-Canada Télévision 2008-2012) et auteure à succès, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

How to write a sitcom about Muslims – very carefully!

Conférence plénière de Pamela V. Sing

Conférence plénière de Pamela V. Sing

Pamela V. Sing, professeure de littératures québécoise et franco-canadiennes au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

L’Ouest imaginaire à « toutes » les sauces : ingrédients et modes de préparation, 1960-2017

Depuis 1958, l’année où Hugh MacLennan a fait part au milieu littéraire du fameux jugement prononcé par un notable du milieu cinématographique – « Boy Meets Girl in Winnipeg and Who Cares ? » –, l’Ouest a su se tailler une place dans l’imaginaire littéraire du pays. En  témoigne, entre autres, la publication en 2013 aux éditions Leméac d’un roman intitulé Edmonton et signé par un écrivain montréalais. Axée sur un corpus allant du premier roman signé par une écrivaine francophone originaire de l’Ouest canadien et engagée à vivre et à écrire en français tout en continuant de demeurer dans cet espace majoritairement anglophone, jusqu’au roman « franco-ouest » le plus récemment paru (en août 2017) ma présentation visera à faire connaître l’Ouest franco-canadien imaginaire : « ses » auteur.e.s,  les conditions de ses différentes constructions littéraires, les problématiques explorées, ses transformations du discours social.

À propos de Pamela V. Sing

Pamela V. Sing est professeure de littératures québécoise et franco-canadiennes et Directrice de l’institut d’études canadiennes au Campus Saint-Jean, campus francophone de l’Université de l’Alberta. Ses principaux domaines de recherche sont la littérature issue des francophonies canadiennes et américaines ou, pour reprendre l’heureuse expression de Louder et Waddell, produite au sein de la Franco-Amérique d’une part et, d’autre part, la production textuelle des Métis d’ascendance française ou canadienne-française en Amérique du Nord. Ses projets de recherche dans le second domaine ont été subventionnés, entre autres, par le CRSH et le programme Fulbright U.S.-Canada. Depuis 1995, elle a présenté une centaine de communications de colloque ou comme conférencière invitée, publié ou co-publié cinq livres et publié plus de soixante-dix articles scientifiques.

Conférence plénière de Wendy Roy

Conférence plénière de Wendy Roy

Wendy Roy, professeure de littérature canadienne à the University of Saskatchewan, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

Women of the Apocalypse: Writing the End of the World in Canada

Colloque annuel de l’ALCQ: Appel à communications pour l’appel général et les séances organisées par des membres

Chers membres,

Je suis heureuse de vous présenter les appels à communications pour la conférence 2018 de l’ALCQ. Pour cette conférence, l’Association annonce deux appels à contributions : un appel à communications général et un appel à soumission pour les séances organisées par les membres.

La conférence 2018 de l’ALCQ, qui se tiendra à l’Université de Regina du 26 au 28 mai, adapte le thème du Congrès 2018 « Diversités convergentes » à l’engagement de l’Association envers la langue comme archive vivante de multiples cultures et politiques. À Regina, territoire des communautés fransaskoise, métisse et anglophone, nous accueillons des spécialistes, écrivains et artistes de Saskatchewan et de tout le Canada pour sonder le rôle que joue la littérature dans l’expression des relations des Canadiens envers leurs langues.

La conférence inclura des conférences plénières de Zarqa Nawaz, Wendy Roy, Pamela Sing et Audrée Wilhelmy.

Cordialement,

Élise Lepage – Présidente