L’ALCQ a le plaisir d’annoncer que Janet M. Paterson, professeure émérite de l’Université de Toronto, donnera une conférencière plénière lors du colloque annuel au Congrès 2020 à l’Université Western. Une table ronde conjointe avec l’APFUCC intitulée « La traversée des frontières. Une conversation avec Janet M. Paterson, Université de Toronto », animée par les professeures Tara Collington, Catherine Khordoc et Karin Schwerdtner, présentera une exploration interactive des nombreuses frontières en études françaises que les publications de Paterson ont remises en question.

Du déploiement de la sémiotique à l’avènement des théories « queer », de l’étude de romans canoniques à celle des écritures minoritaires, de la transmission de cours magistraux à la pratique d’une pédagogie interactive, du passage, enfin, d’un « Même » socioculturel à un « Autre » multiple et hétérogène, ce sont les frontières des études françaises qui ont été remises en question ou bien franchies depuis plus d’un quart de siècle. Et pourtant, ce sont précisément les limites et les contours de notre savoir littéraire et de sa dissémination qui nous sollicitent d’urgence aujourd’hui. Le moment est venu en effet d’explorer des terrains culturels inédits, de dépasser certaines limites épistémologiques afin d’identifier de nouveaux espaces ; espaces fluides, souples, multidimensionnels à l’image de notre société ; espaces propices à l’épanouissement des savoirs, de l’enseignement universitaire et de diverses cultures. C’est ce dont nous proposons de discuter avec Janet M. Paterson dans le cadre de cette table ronde.

Janet Paterson est l’auteure de trois livres importants sur le roman québécois : Anne Hébert: architexture romanesque (Les Éditions de l’Université d’Ottawa, 1985), Moments postmodernes dans le roman québécois (Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1990 ; traduit en anglais, University of Toronto Press, 1994) et Figures de l’Autre dans le roman québécois (Nota Bene, 2004). Elle a aussi rédigé un nombre important de chapitres de livres et d’articles parus dans des revues telles : Voix et Images, Études littéraires, University of Toronto Quarterly, Nouvelles Études francophones, et Yale French Studies, entre autres. Elle a dirigé ou codirigé trois collectifs et quatre numéros spéciaux de revue. Il ne faut pas non plus oublier ses contributions à la vie académique en tant que directrice du Département d’études françaises à Toronto, vice-doyenne de la Faculty of Arts & Science et, pendant dix ans, Principale à Innis College.