Pamela V. Sing, professeure de littératures québécoise et franco-canadiennes au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, présentera l’une des conférences plénières lors du colloque 2018 de l’ALCQ.

L’Ouest imaginaire à « toutes » les sauces : ingrédients et modes de préparation, 1960-2017

Depuis 1958, l’année où Hugh MacLennan a fait part au milieu littéraire du fameux jugement prononcé par un notable du milieu cinématographique – « Boy Meets Girl in Winnipeg and Who Cares ? » –, l’Ouest a su se tailler une place dans l’imaginaire littéraire du pays. En  témoigne, entre autres, la publication en 2013 aux éditions Leméac d’un roman intitulé Edmonton et signé par un écrivain montréalais. Axée sur un corpus allant du premier roman signé par une écrivaine francophone originaire de l’Ouest canadien et engagée à vivre et à écrire en français tout en continuant de demeurer dans cet espace majoritairement anglophone, jusqu’au roman « franco-ouest » le plus récemment paru (en août 2017) ma présentation visera à faire connaître l’Ouest franco-canadien imaginaire : « ses » auteur.e.s,  les conditions de ses différentes constructions littéraires, les problématiques explorées, ses transformations du discours social.

À propos de Pamela V. Sing

Pamela V. Sing est professeure de littératures québécoise et franco-canadiennes et Directrice de l’institut d’études canadiennes au Campus Saint-Jean, campus francophone de l’Université de l’Alberta. Ses principaux domaines de recherche sont la littérature issue des francophonies canadiennes et américaines ou, pour reprendre l’heureuse expression de Louder et Waddell, produite au sein de la Franco-Amérique d’une part et, d’autre part, la production textuelle des Métis d’ascendance française ou canadienne-française en Amérique du Nord. Ses projets de recherche dans le second domaine ont été subventionnés, entre autres, par le CRSH et le programme Fulbright U.S.-Canada. Depuis 1995, elle a présenté une centaine de communications de colloque ou comme conférencière invitée, publié ou co-publié cinq livres et publié plus de soixante-dix articles scientifiques.